Calendrier de l'Avent

La Main Bordelaise

Onze décembre

Pour le onzième jour du calendrier de l’Avent, on va parler d’une initiative solidaire lancée par deux étudiantes : la Main Bordelaise.

Le concept

La Main Bordelaise c’est d’abord une idée lancée par Sirine et Laura, 20 ans toutes les deux et étudiantes en 3ème année de licence éco-gestion et prépa ATS à Bordeaux. Lors d’une soirée entre filles, devant le discours de Macron au journal de 20h, elles tombent sur un reportage. Il documente les conditions de vie des migrants en France pendant le confinement. Rapidement, la question des conditions de vie des sans-abris en général pendant le confinement se pose : comment font-ils pour réussir à manger alors qu’il n’y a personne dehors pour les aider ? Face à la crise, c’est inévitable, les inégalités se creusent. Alors, Sirine et Laura ont décidé d’agir à leur échelle en créant leur propre maraude sous le nom de « La Main Bordelaise ».

La Main Bordelaise maraude

Créer une maraude, mode d’emploi

Elle ont d’abord réfléchi aux étapes nécessaires pour lancer le projet : ouvrir un cagnotte de dons, se renseigner juridiquement, chercher sur Internet ce qui était faisable…et se sont lancées. Quelques échanges avec des associations de maraudes bordelaises plus tard, elles ont toutes les informations nécessaires. Sirine et Laura partagent donc une vidéo de présentation du projet sur le compte Instagram de La Main Bordelaise. Et très vite, les choses prennent de l’ampleur : la vidéo est partagée plus de 216 fois, cumule 8400 vues en seulement 24H et la cagnotte a déjà dépassé les 600 € !

« On avait aucune idée de l’ampleur que La Main Bordelaise pouvait prendre, on s’est lancées en pensant que cela marcherait peut être avec nos proches. » Sirine et Laura

A présent, la cagnotte et les inscriptions bénévoles étant fermées, Laura et Sirine ont reçu pas moins de 1 141 € de dons et 76 bénévoles viendront leur prêter main forte le jour J (sans compter les photographes). Une surprise de voir l’initiative prendre une telle ampleur puisque « de base on s’était dit que ça allait être impossible » reconnaissent les deux étudiantes.

L’esprit « La Main Bordelaise »

Le but derrière La Main Bordelaise, c’est aussi de montrer que lancer un maraude en étant étudiant est complètement possible. Lancer une cagnotte, parler de l’initiative…tout est à portée de main. Et au delà du montant de la cagnotte, c’est que retiennent Sirine et Laura, c’est le grand nombre personne y ayant participé. Parmi ces donneurs, excepté quelques proches à elles, tout le reste sont des étudiants. Et leur geste compte d’autant plus qu’on connaît la situation financière compliquée dans laquelle ils sont.

« Pour être étudiantes, on sait ce que représentent 10 € dans le budget d’un étudiant chaque mois. Et pourtant, ils ont voulu les donner pour participer à la maraude. » Sirine et Laura

A la fois touchées et encouragées, Sirine et Laura peinent à se remettre de tout l’engouement suscité par La Main Bordelaise. C’est certes, une occasion de faire une bonne action pour toutes ces personnes, mais aussi c’est un moyen de s’investir dans une cause qui nous touche au quotidien sans vraiment savoir comment agir. Là, l’occasion est entièrement préparée et organisée par les deux étudiantes, et il ne reste qu’à participer en donnant de son temps ou de son argent!

Les coulisses de La Main Bordelaise

La main et le bleu sont respectivement le symbole numéro 1 et la couleur officielle de la solidarité. Impossible de ne pas les faire figurer sur le logo et la charte graphique du projet. Cependant la Main Bordelaise ne se limite pas qu’aux sans-abris, « il y a plein d’autres gens à aider », donc l’initiative (collecte de fonds et bénévolat) pourrait s’étendre à d’autres causes.

Pour le moment, Sirine et Laura organisent leur première maraude dimanche prochain, le 13 décembre, à Bordeaux. Une maraude durant laquelle elles pourront, avec les bénévoles, distribuer les paniers confectionnés pour les sans-abris. Mais aussi, c’est l’occasion de partager un moment avec eux autour d’un café bien chaud ou d’une discussion. Le concept de La Main Bordelaise, ce n’est pas seulement d’apporter des paniers, mais aussi de créer du lien avec les sans-abris afin d’échanger avec eux et de partager un moment ensemble.

La générosité au cœur du projet

Les partenaires

La Main Bordelaise maraude

Parmi les donneurs, Sirine et Laura ont reçu le soutien de quelques partenaires : Materne, qui leur a donné pas moins de 200 Pom’Potes et la Pharmacie de la Victoire, qui leur a fait don de produits d’hygiène. Avec ces dons et le montant de la cagnotte, les filles ont préparé 60 paniers complets à distribuer le 13 décembre prochain.

Les paniers

La Main Bordelaise maraude

Ils contiennent plus d’une quinzaine de produits par panier, répartis entre les vêtements (gants, bonnets et chaussettes), la nourriture (fruits frais, compotes, sandwichs, barres de céréales, jus de fruits, brioches, croquettes pour chien…) et les produits d’hygiène (masque, gel hydroalcoolique, protections hygiéniques, mouchoirs, baume à lèvres, brosses à dents, gels douches…). Un panier complet, distribué dans un Tote bag dont les bénéficiaires pourront se resservir.

« L’idée c’était vraiment de faire un panier qualitatif et de procurer des produits dont ils avaient besoin. » Laura

Et pour cela, elle n’a pas hésité à aller discuter avec des sans-abris autour de chez elle pour vraiment connaître leurs besoins et adapter le contenu des paniers en fonction.

Les valeurs

La discussion et le partage : deux valeurs grâce auxquelles La Main bordelaise a pris tant d’ampleur. Le réseau d’abord, grâce auquel Sirine et Laura ont pu trouver des partenariats, sensibiliser des étudiants à la maraude et les encourager à donner ou participer. « On a des ressources à exploiter avec les réseaux sociaux », reconnaissent-elles. Avec une communication légère et très spontanée, Sirine et Laura ont pu parler de leur projet, mais aussi convaincre plusieurs dizaines de personnes à les rejoindre dans l’aventure, juste en montrant leur but et leur détermination au quotidien. Le but, ce n’est pas de briller, mais d’être sincère et de se rendre utile. « Tout a été très spontané », d’après Sirine et Laura.

Le duo derrière l’initiative

La Main Bordelaise maraude

Un duo qui cartonne, et ce n’est pas une première. En effet, cela fait trois ans que Sirine et Laura travaillent régulièrement sur des projets communs : qu’ils soient scolaires ou associatifs, leurs profils et compétences se complètent et elles partagent la même vision des choses. Néanmoins, « c’est le premier projet que l’on réalise ensemble et où ce n’est pas l’école qui nous le demande » raconte Sirine.

Une expérience très enrichissante, qu’elles vivent à deux et qui est suivie de près par leurs proches et amis. C’est ainsi qu’elles ont pu compter sur leurs amis non seulement pour partager les publications de La Main Bordelaise mais aussi pour assurer tout le côté logistique de la maraude. Certains ont donc aidé en venant aux courses avec elles, d’autres en assurant des allers-retours en voiture, en partageant des contacts susceptibles d’être intéressés par l’initiative…Sans compter sur les photographes qui vont documenter la maraude le 13 décembre prochain ! En bref, c’est un projet qui a soulevé une vraie dynamique chacun unit ses forces et propose d’aider à son échelle, pour les autres.

Pour aller plus loin…

Pour la suite, Laura et Sirine ne prévoient pas encore de faire de nouvelles maraudes, pour l’instant elles concentrent tous leur efforts et leur bonne volonté sur celle du 13 décembre, même si elles n’excluent pas l’idée de relancer des actions solidaires.

Si tu veux en savoir plus sur Laura, Sirine et leur initiative La Main Bordelaise, je te conseille vivement de t’abonner à leur compte Instagram ici pour suivre toutes les actualités de la maraude!

Vous pourriez également aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *